Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

♯  About Good Music  ♯

♯ About Good Music ♯

La musique est une nourriture ... rock, soul, hip-hop, world, classique, jazz, electro, blues, reggae, folk .... Ecoutez de tout pour être équilibrés !


The Meters – Rejuvenation (1974)

Publié par Christos sur 18 Décembre 2021, 08:46am

Catégories : #Black-Hiphop

The Meters – Rejuvenation (1974)

   La Nouvelle Orleans est une cité bénie par les dieux de la musique. Ses racines africaines, caribéennes, créoles, françaises ont donné à ses musiciens des gênes exceptionnels. Ce n’est pas par hasard que le jazz, Louis Amstrong, Jelly-Roll Morton, Sidney Bechet, Fats Domino, Louis Prima, Mahalia Jackson, Allen Toussaint, Dr John, Wynton Marsalis, Lil Wayne, Trombone Shorty sont nés là-bas !

   Les Meters aussi étaient de la Nouvelle Orleans. C’était un des plus grands groupes du funk et parrains (méconnus) de ce genre avec James Brown. Ils se sont formés à la fin des années 60 et ont été actifs dans les années 70. Seuls ou accompagnant Dr John, Lee Dorsey ou Allen Toussaint – autres géants de la grande école du funk orléanaise - .

Ils ont atteint un très haut sommet en 1974 avec Rejuvenation, leur cinquième album. Une merveille où la section rythmique règne en maîtresse absolue. Piano, batterie et basse sont ses lieutenants. La voix de Neville, la guitare et les cuivres ses serviteurs.

The Meters – Rejuvenation (1974)

    A l’époque les membres du groupe étaient égaux et libres d’aller où bon leur semblait. Il n’y avait pas de chef d’orchestre, aucune contrainte et pouvaient ainsi s’épanouir et donner le meilleur d’eux-mêmes. Ils n’avaient même pas besoin d’un grand travail de production, ils suffisait de les faire rentrer en studio et ils s’occupaient du reste.

   En les écoutant on sent cette liberté mais également la camaraderie qui les lie. On les imagine en train de jouer les yeux fermés (ou presque), communiquer avec quelques expressions du visage !

   Leur son est jouissif, très caractéristique de la Nouvelle Orléans : Festif, afroaméricain, rempli de grooves tueurs, de riffs fous, de rythmes syncopés et de mélodies efficaces. Forgé après des années de tournées et des heures de travail en commun. Le funk dans toute sa splendeur.

   Hélas ils n’ont pas connu le succès commercial qu’ils méritaient avec cet album et les suivants. Ils ont jeté l’éponge trois ans plus tard. Le business est injuste. Mais heureusement que la muse Euterpe est là, pour rendre justice et donner à ses meilleurs élèves le graal de l’immortalité ! 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
V
Cet article me donne l'occasion de parler d'une de mes découvertes de ces dernières années.
Je suis fan de Leila McCalla : c'est une Haïtienne émigrée en Louisiane avec ses parents. Elle a débuté avec son violoncelle en jouant les suites de Bach dans les rues de la Nouvelle Orléans (elle joue aussi du banjo !). Elle a rendu hommage au melting-pot qu'est cette ville avec un superbe album : Capitalist blues et le titre éponyme. Il vaut bien une écoute...

https://www.facebook.com/leylamccallamusic/
Répondre
C
C'est en effet un excellent album avec un très beau titre (très actuel) et un mélange de styles assez surprenant (blues, folk, latin, reggae, country, creole) ... merci beaucoup Jean-Pierre pour cette belle découverte !!

Archives