Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

♯  About Good Music  ♯

♯ About Good Music ♯

La musique est une nourriture ... rock, soul, hip-hop, ethnique, classique, jazz, electro, blues, reggae, folk .... Ecoutez de tout pour être équilibrés !


Bobby Hutcherson - Oblique (1967)

Publié par Christos sur 20 Novembre 2020, 18:28pm

Catégories : #Albums

Bobby Hutcherson - Oblique (1967)

  Le vibraphone est un instrument rare, vertigineux. Avec ses lames en métal, ses tubes et son système de vibrato, à mi-chemin entre le piano et les percussions, il émet des sons d’une douceur incroyable. Et lorsqu’on a la chance d’avoir derrière cet instrument un virtuose, la musique coule comme une eau de source, les notes s’allongent et s’élèvent, nous élèvent vers un espace ou le temps s’arrête. Où seule la musique existe, reine de tous les arts. C’est ce qu’a dû ressentir Alfred Lion, le patron et fondateur de Blue Note, lors d’une séance estivale de jazz en 1967 nommée Oblique.

   Il avait, comme à son habitude, choisi les bonnes personnes. Le vibraphoniste Bobby Hutcherson était le leader du groupe. Depuis la création du jazz il fallait toujours un leader aux groupes, pour apparaitre en tête d’affiche et se tailler la part du lion. C’était injuste pour les autres qui se contentaient du rôle de sideman mais c’était comme ça, il y avait une hiérarchie quasi militaire à respecter…il a fallu attendre la révolution du rock et le début des années 70 pour voir apparaitre timidement les premiers groupes de fusion-jazz avec un vrai nom de groupe (Weather Report, Headhunters, Blackbyrds etc). Ceci-dit, Bobby méritait amplement son galon : Il avait sorti deux excellents albums en tant que leader (Dialogue et Components) et surtout son instrument était au cœur d’Oblique.

   A ses côtés se trouvait son batteur, Joe Chambers {un musicien/compositeur pilier de Blue Note}, le génial Herbie Hancock au piano {en pleine ébullition et envol avec le deuxième quintet de Miles Davis} et le jeune Albert Stinson à la basse {qui avait un talent et une technique incroyable, hélas fauché deux ans plus tard à 24 ans d’une overdose }.   

Bobby Hutcherson - Oblique (1967)

   Six morceaux instrumentaux composent Oblique. 3+3, une symétrie parfaite. Les instruments à vent sont absents, on est dans une formation 100% rythmique où le swing est roi. Trois des quatre musiciens ont participé à la composition de l’album, lui donnant ainsi un angle d’attaque beaucoup plus grand et un territoire d’exploration/improvisation plus large.

   Le voyage commence tout doucement et petit à petit on dérive vers des structures rhythmiques plus ou moins complexes où chaque instrument effectue des rotations, dialogue, s’éclipse parfois pour donner de l’espace aux autres et écouter un solo pétillant. La complexité technique n’empêche pas les oreilles non-averties d’apprécier les harmonies qui émanent du quatuor. On est pas du tout dans l’incompréhension de l’avant-garde ou du free jazz. On est en pleine période post-bop, qui emprunte certes des éléments de ces deux derniers styles mais qui prend également ses distances vis-à-vis d’eux pour se rapprocher d’un jazz modal à la Miles Davis, plus ouvert et accessible.

   Curieusement cet album est sorti pour la première fois en 1979, au Japon. Il a fallu attendre 13 ans pour que cet album sublime fasse son apparition en vinyle au pays du soleil levant, 24 ans pour être gravé en CD sur le sol américain et 39 ans pour être produit en Europe !! Le trésor était bien caché mais depuis qu’il a vu la lumière du jour il fait son chemin et prend la place qu’il mérite chez les amateurs de bonne musique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents