Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

♯  About Good Music  ♯

♯ About Good Music ♯

La musique est une nourriture ... rock, soul, hip-hop, ethnique, classique, jazz, electro, blues, reggae, folk .... Ecoutez de tout pour être équilibrés !


★ Sélection Avril 19

Publié par Christos sur 17 Avril 2019, 15:58pm

Catégories : #Sel.du Mois

★ Sélection Avril 19

Nick Waterhouse - Nick Waterhouse (2019)

Je l'ai écouté pour la première fois à la radio, quelques secondes ont suffi pour me convaincre d'acheter son dernier album. Nick Waterhouse est hors du temps. Il fait partie de tous ses artistes qui puisent leur inspiration du passé et non pas du présent. Il fait partie d'une population qui se sent plus proche des valeurs et de la vie de nos ailleux que des générations Y et Z.

Mr Waterhouse est old-school, il suffit de le voir au verso de sa pochette vintage. Comme dans les 50s-60s, il y a un texte et une photo en noir et blanc qui fait penser à Roy Orbison ou Buddy Holly. Sa musique est du Rythm'n'Blues avec une sauce soul/surf très prononcée, jouée en live. Le son du californien est chaleureux, dynamique, parfait. Son perfectionnisme se sent à tous les niveaux. Des harmonies, des solos jusqu'à l'enregistrement (sur bandes magnétiques), le mixage et la production. Un retour vers le passé qui vaut le détour !

 

James Eleganz - The Only One (2019)

Le rock français a eu des grands groupes et chanteurs qui n’ont jamais atteint une notoriété internationale car ils chantaient en français. Alors qu’ils le méritaient amplement. Je pense notamment à Trust, Noir Désir, Rita Mitsouko, Balavoine, Bashung…Les jeunes compositeurs d'aujourd'hui l’ont compris, écrivent de plus en plus en anglais et n’hésitent pas de franchir la Manche ou l’Atlantique pour promouvoir leurs travaux et les produire.

James Eleganz est un exemple à suivre de cette migration musicale. Il est parti dans le studio mythique californien de Rancho de la Luna avec Tobby Dammit – percussioniste et arrangeur - et de très bons musiciens pour enregistrer son album. The Only One est un recueil de ballades noires aux sonorités très américaines. Il exprime le monde intérieur d’un poète. L’influence de Nick Cave sur James est indéniable mais ce dernier a su créer une œuvre très personnelle, unique. A suivre de très près.   

 

Gare du Nord - Rendez-Vous 8:02 (2012)

La gare du Nord est une des plus grandes gares européennes. Elle a tout pour déplaire ceux qui la fréquentent : forte densité, stress, mauvaise architecture, couloirs déprimants, mauvaises odeurs etc. Mais elle a une qualité indéniable. C’est le point d’union des peuples du nord de l’Europe. Et c’est sans doute ce qui a poussé le duo belgo-néerlandais à baptiser leur projet musical Gare du Nord.

Autour de Ferdie Lancee (au saxo) et Barend Fransen (à la guitare) gravitent pas mal de musiciens talentueux et l’ensemble évolue dans la sphère du jazz-latin-blues-funk-soul. L’œuvre maitresse de leur discographie est le Rendez-Vous 8 :02. Des guests prestigieux comme Erik Truffaz ou Robert Johnson (le chanteur de soul, pas le guitariste de blues défunt !) y ont participé. La bande sonore est trop cool. Elle s’écoute comme la bande originale d’un film. D’ailleurs les deux morceaux phares, Tarantino’s Tango et Pablo’s Blues avaient été créés pour le soundtrack de Django Unchained de Tarantino. Le son de cet album est rêveur, zen. Jazzy, funky, soulfull. Tout ce qu’il faut pour plaire à un large public d’amateurs de bonnes musiques.

 

Kolida Babo (2019)

Kolida Babo est la collaboration de deux joueurs grecs d’instruments à vents. L’un vient d’Athènes – comme la moitié des grecs – l’autre de Pella, la ville historique de Macédoine – pas le pays qui s’appelle désormais Macédoine du Nord, mais la région grecque -. Les deux compères explorent des musiques anciennes et traditionnelles de Thrace, Epire et Arménie à travers l’electro et le jazz. On est dans une dualité musicale parfaite. Deux hommes entre le passé et le présent avec les instruments utilisés (la flute arménienne qu’on appelle duduk côtoie percussions, synthés et clarinettes). Entre le folklore local et le jazz-electro global, on ne peut que tomber sous le charme de cette pépite.

La musique à la fois ancestrale et futuriste de Kolida Babo prend une dimension supplémentaire dans le contexte de crise grecque. Malgré tous les coups durs infligés à cet Etat par leurs soi-disant gouverneurs amis et alliés, le peuple – aussi bien les locaux que les étrangers – a su se mobiliser et montrer un visage profondément humain, solidaire. Les musiciens et les artistes en général, n’ont pas baissé les bras malgré toutes les pertes de subventions. Ils étaient là, ils sont là à se battre au quotidien avec leurs armes et à donner le meilleur d’eux-mêmes. On dit que sur les terres les plus arides et inhospitalières poussent souvent les plus belles fleurs. C’est vrai, en particulier dans la musique.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents